Navigation en mer de Chine / Ile de Tiga

Après les pluies torrentielles essuyées à KK, il nous fallait bien un peu de ciel bleu, de soleil, d'eau claire, de vie normale, quoi !

Eh bien ! nous sommes arrivés dans le décor naturel de l'émission de télé-réalité "Survivor", plus prosaîquement l'île Tiga, à quelques 30 mn de KK : baie magnifique cernée par une impressionnante  bordure de jungle, un embarcadère accueillant qui dessert le petit resort du coin, l'impression d'être vraiment ailleurs, en dehors de tout et surtout loin des marteaux-piqueurs de la grande ville.

IMG_1239


Dès le lendemain, plan en poche donné gracieusement par le resort, nous rentrons dans la jungle par un étroit sentier entre deux bungalows. Un bruit de sirène continu, de grands arbres qui laissent à peine filtrer la lumière, un sol spongieux où le pied s'enfonce par moments, des dizaines de petits ponts vermoulus qu'il faut franchir au-dessus de marres de boue.

 

IMG_1189

 

L'île est réputée justement pour les bains de boue que l'on peut prendre à certains endroits. Il s'agit de la boue résiduelle de petits volcans maintenant éteints. Cette boue a des propriétés médicinales en ce qui concerne le traitement de certaines affections de la peau. Nous arrivons justement à un endroit où la marre de boue est assez importante pour contenir une dizaine de personnes. Dieu ! ce n'est pas très engageant. Et si on n'en ressortait pas ! apparemment les amateurs se rincent dans une espèce de rivière jaûnatre à proximité. J'ai toujours lu qu'il fallait se méfier de l'eau saûmâtre en pays tropicaux. Très peu pour moi ! Pour un adolescent couvert d'acné,je ne dis pas. Encore qu'il lui faut être courageux ou bien trés amoureux d'une jeunette ! Passons !
Mais qu'est-ce qu'il y a à voir dans cette jungle ? Normalement des singes, des lézards géants et des calaos, oiseaux mythiques de Malaisie, sorte de gros poulet noir et blanc avec un bec de toucan, d'après mon guide. Nous marchons sous couvert depuis longtemps et n'avons encore rien vu. Si bien sûr, avant de partir, sur la pelouse du resort, un lézard géant, notre premier, s'est baladé paisiblement sous nos yeux étonnés, à croire qu'il n'était pas du tout sauvage et qu'il était bien habitué au bungalow sous lequel il est allé s'abriter du soleil.

 

IMG_1178

 

Réjouissant pour les touristes ! On sort de son bungalow au petit matin et on met le pied sur ce monstre à gueule de reptile repoussant avec sa longue langue noire qu'il propulse en antenne.
Donc dans la jungle, pas de reptile et toujours pas de singes et de calaos. Rien, rien que le bruit de sirène des grillons du coin. Par contre, nous accédons à une très belle plage et là, on fait la pause repos et baignade. C'est beau et rien que pour nous.

IMG_1202

Une petite rivière qui donne sur la plage permet de se rincer à l'eau douce après le bain.

 

IMG_1205

 

Nous reprenons la marche et enfin, à deux cents mètres (car le chemin est balisé par des pancartes indiquant les distances par rapport au resort), un singe, un singe  très haut perché, de l'espèce des macaques à longue queue.
"Hervé, un singe !"
" Où ça ?
Hervé, en général, ne voit rien et même si on lui indique, il a du mal à suivre.
" Là, tu le vois, non ?
" Non ! je ne le vois pas, ton singe !
Et ça dure jusqu'à ce que le singe quitte sa branche pour une autre.
"là, tu l'as vu, il a bougé. Il est là-bas maintenant"
"Si tu le dis !
Mais, Hervé, tout de même, ne peut pas louper le deuxième singe. Il est exactement,devant nous,  posté sur une branche haute qui enjambe le sentier. Il nous regarde sans bouger. Sa longue queue pend bien perpendiculairement.
 Impeccable !
 Je sors mon appareil photo pour enregistrer cette belle rencontre.
C'est alors qu'Hervé émet des sons peu accueillants à l'encontre de l'animal.
- Mais, ce n'est pas vrai, Hervé, tu es fou, il va partir !
Nom d'une pipe ! le singe qui ne comprend pas ces onomatopées attrape la première branche  et se glisse dans les feuillages jusqu'à disparaître.
Je suis carrément furieuse.
" C'est fini,maintenant, je ne te dirai plus ce que je vois. C'est fini. Les singes, les lézards, les autres, fini !!!!
- Mais enfin, Evelyn,q'est-ce-que c'est que ce singe qui me voit et qui ne vient même pas par terre pour nous saluer.
Et quoi encore ! il faudrait que les singes fassent des courbettes, les lézards des arabesques, les oiseaux des opéras pour satisfaire Monsieur qui me fait louper la photo !
Cinquante mètres plus loin, vol d'un calao. C'est mon premier. Il n'est pas question cette fois-ci de se faire avoir par les bogborigmes de Monsieur. Contrairement à la description livresque, l'oiseau est magnifique. On dirait un oiseau Chanel, tout de noir vêtu avec un plissé blanc de chaque côté. Superbe en vol ! Quant au bec, il a certes du caractère: Un long bec de toucan  coiffé d'une protubérance incurvée dans les rosâtres. J'ai ralenti le pas. Hervé, derrière moi, sent que je vois quelque chose. Mais je me tais et avec les mains lui fais signe de ralentir et de ne pas faire de bruit. Nous avançons comme des indiens. Ma rancune commence à céder :
"C'est un calao. Mais, je t'en supplie, ne fais aucun bruit".
" Où est-il ?
Et je lui indique le branchage sur lequel l'oiseau s'est posé.

images


Vol du calao. C'est beau ! et nous reprenons la marche pour aboutir enfin sur le tas de fumier du resort où s'ébrouent -pas la peine de faire le parcours de 3 heures, dans la boue et sur les petits ponts vermoulus - une famille de singes et trois ou quatre lézards géants. Un couple de calaos  passent majestueusement au-dessus des frondaisons du resort. Ah ! on aura tout vu en deux minutes de ce qu'annonçait le dépliant de l'île.

IMG_1220



Deux jours après, un français en voilier vient ancrer près de nous.
- Commence par le fumier près du dernier bungalow, et tu verras les singes et les lézards en pagaille.
Mais où est donc l'aventure, l'exploration, la trouvaille ?
En tout cas, il vaut mieux avec Hervé observer toute cette faune près d'un tas de fumier malodorant qu'en pleine jungle !

IMG_1224



Après notre balade, nous avons vite regagné le bord. Un coup de vent rendait le mouillage hautement inconfortable. Le bateau canadien qui mouillait à côté de nous lève l'ancre et nous les suivons de près pour rejoindre l'autre côté de l'île. C'est la fin de l'après-midi. Les canadiens préfèrent ancrer rapidement et nous préviennent par radio. Nous allons plus loin pour avoir moins de profondeur. De ce côté de l'île, la première apparition est celle d'un îlot qui semble posé sur
la mer avec ses sables blonds. Ah ! la carte postale !

 

IMG_1231

 

Ce n'est pas loin du tout de notre mouillage et maintenant que nous avons l'ami "Makara", superbe contrefaçon malaysienne du "Yamaha", nous pourrons rejoindre ce paradis sur l'eau.
C'est ce que nous faisons le lendemain en début d'après-midi. Il n'y a personne lorsque nous approchons de l'endroit idyllique et nous avons la surprise de découvrir que l'îlot se poursuit à l'arrière formant comme une petite baie entre deux isthmes de sable. A nous, la plongée et la belle promenade sur les isthmes de sable, avec ce fond de ciel  magnifique. Hum ! la plongée, pas fameuse : coraux abimés et eau trouble. On ne s'y attarde pas. Par contre, quel plaisir de marcher pieds nus sur le sable intouché des deux isthmes !
Ah ! mon île au soleil !!!
Nous apprendrons le lendemain que les fonds de l'île où nous avons plongé sont le repaire de nombreux serpents de mer annelés noir et blanc dont la morsure entraine la mort dans la minute.
si nous en avons croisé ailleurs, dans les Caraîbes, dans le Pacifique et même touché un de la palme dans les Rock islands de Palau, ici, nous n'avons même pas vu le bout de leurs queues.
L'ignorance est la mère de l'aventure.
Quand nous regagnons le bord, une houle s'est formée. Ca chahute ! Nom d'une pipe, on ne sera jamais tranquille. Un gros orage aborde les lieux et déverse. Le lendemain, 6h, après une nuit de roulis, Hervé et moi n'avons pas besoin de nous concerter beaucoup pour lever l'ancre de suite, sans petit déj et regagner l'autre côté de l'île.

IMG_1237


Oh ! mon île au soleil !! qu'as-tu fait de mon sommeil !!!
Nuit de mer de Chine, nuit rouleuse, tourmenteuse, ah ! ces paradis qui sont sur terre !!!!