KO TARUTAO
Et nous partons enfin de Jebilang, notre aigle sur le pont et nos deux dauphins à la prouePremière escale : KO TARUTAO, juste en face de Langkawi. Il y a un beau mouillage dans l'immense baie sud. Nous nous y engageons. Plusieurs petits longtails de pêchou se balancent dans la houle côté Est de la baie. C'est peu encourageant pour passer la nuit ici. En face, côté Ouest, une pointe rocheuse couverte de jungle ferme la baie au vent. Un gros pêchou mouille tranquille. C'est décidé, nous tentons notre chance de ce côté là. Et en effet, point de houle contre cette pointe. Et nous voyons venir de toutes parts des gros et des petits péchous qui s'enfoncent carrément de ce côté-ci de la baie; nous ne serons pas tout seuls. On commence par se mettre en tenue de PMT pour aller explorer les fonds le long de la falaise. L'eau est trouble mais le bain est bon.

IMG_3398


Cela nous a creusé l'appétit. Un Marché flottant nous attend. Il n'y a plus qu'à choisir son péchou et acheter du poisson pour le barbecue du soir. C'est aussi simple que cela. Patrick n'en revient pas. Il verra très vite que ce n'est pas notre premier coup de filet !

KO LIPE/ILE BUTANG

IMG_0316



Au petit matin qui suit, nous faisons route vers les îles Butang et la fameuse KO LIPE; Il y a fort temps. Notre équipier n'est pas encore amariné. Nous sommes au près avec deux ris dans la grand voile. Le bateau gîte dur et notre Patrick tangue du côté de l'estomac. On lui refile la barre pour qu'il fasse ses armes; l'exercice assez hardu l'empêche de trop penser à ce qui gargouille dans les entrailles. Le ciel est lourd de nuages gris et nous avançons vite vers les îles. La grande baie sud de Ko Lipe où nous nous engageons est obstruée par un tas de bateaux de transport.

IMG_0321

Et si nous passions de l'autre côté ? Bien nous en prend car un coup de vent du Sud va sévir pendant deux jours et tous les bateaux vont refluer dans le chenal  entre KO LIPE et Butang. Mais avec ce mauvais temps, le mouillage est archi inconfortable. Ou trouver un endroit possible sans attraper le pot de confiture en pleine poire ? On essaie plusieurs options et finalement on prend une bouée. Le bout a l'air bien neuf, ce qui rassure; allons à terre maintenant pour goûter les joies hyper touristiques de Ko Lipe. C'est sur le point de monter dans le dinghy que je m'aperçois que le bateau chasse dur. Cette bouée, c'est du pipo. En arrière toute. On met les gaz et on dégage. Ah ! c'est pas marrant, tout ça. Ce mauvais temps, ce tangage, ces changements de mouillage. Où se mettre maintenant avec tous ces bateaux qui sont venus se réfugier ici du coup de vent.
AH ! il faut la mériter, cette petite KO LIPE! Le mouillage trouvé est bien plus loin de la plage maintenant. Tant pis ! et nous débarquons. Patrick qui est venu ici il y a deux ans observe, ahuri,  les changements opérés. Il y a même une clinique !!!! Mais Ko Lipe vaut encore le détour pour sa superbe plage sud où la décontraction est de mise. Tout le monde s'y promène le soir et prend place sur les cafés qui s'étendent sur le sable. On a presque les pieds dans l'eau en sirotant sa bière fraîche. Patrick a retrouvé tout son sourire et sa décontraction !!

IMG_3429

Pour revenir au bateau, on prend le moyen de transport local : une moto qui tracte sur son côté une sorte d'énorme caddy où on peut monter à quatre ou cinq. Elle nous dépose à 5OO mètres de la plage que nous rejoignons par un petit sentier qui arpente la jungle.Mais la nuit est encore désastreuse. Au matin, on change encore  pour éviter cette houle infecte. Cette fois, nous nous mettons devant un resort isolé avec sa plage devant. C'est le bon choix, enfin !!!

IMG_3426

Et nous décidons de faire un pique-nique au resort. C'est un bel établissement avec un tas de bungalows et une piscine pleine de végétation. Ca ne marche plus depuis longtemps, à ce qu'il nous semble. Il y a bien  un gardien mais il ne se préoccupe pas de nous. Nous commençons par un bon bain suivi d'une douche dans la rivière d'eau douce qui coule tout à côté.
Puis, dans un pavillon ouvert sur la mer, nous trouvons table et siège et même quelques transats pour faire la sieste. C'est super. Le silence, la jungle tout alentour d'où s'envolent quelques Macaos, le chenal festonné de jolies plages. Et puis, pas de roulis, pas de tangage. Enfin !!!
Patrick va explorer les lieux après le repas tandis que je m'essaie dans un des transats locaux en bois. Soudain, tout s'effondre sur moi et ma tête se plie carrément sur ma poitrine. Impossible de me dégager toute seule.
- Au secours ! au secours !
C'est Hervé qui vient m'extirper de ce tas de bois pliant. On en rit encore mais j'ai failli avoir non le coup du lapin mais le coup du pendu.

C'est décidé. Nous quittons ces  Butang archi inconfortables. A d'autres, par beau temps ! La dépression est passée pourtant et c'est au moteur que nous gagnons la prochaine escale, la superbe île de KO PHEDRA;