La Baie de Maya à Ko Phi Phi Le/Thailande

Fin d'après-midi. Venant de Phuket, Nous nous dirigeons vers la deuxième île des Ko Phi Phi, Ko Phi Phi Le. C'est un défi car la baie est soit trop profonde, soit trop minée de coraux pour y mouiller. Peut-être y trouverons-nous une bouée libérée d'un des nombreux bateaux qui viennent pendant la journée de l'île principale.

thailand_1__9_

 

 

A l'approche de l'ile, des masses nuageuses sombres annoncent un orage et des pluies éminentes. Ko Phi Phi Dom, la célèbre île où nichent les touristes de tout bord disparaît dans une brume épaisse et une ligne blanche, annonciatrice de fortes pluies, commence à ceinture Ko Phi Phi Le. L'équipage revêt les vestes de quart. Plus nous avançons et plus ça menace.

  • Est-ce qu'on attendrait au large un petit peu pour que ça passe ?

  • Non, avance ! La baie va nous protéger.

    Arrivée extraordinaire ! De hautes falaises crénelées, festonnées de brume et d'une végétation d'un vert intense se profilent sur un ciel gris de plomb. Nous avons l'impression d'entrer dans un domaine interdit tant il est beau et secret. Et plus nous avançons, plus les falaises s'ouvrent sur une baie opulente au fond de laquelle luit le ruban de sable d'une grande plage. Epoustouflant. Mais revenons à la réalité.

  • Voyez-vous une bouée ?

  • Il y en a deux. Une près de la muraille et une près du gros bateau blanc.

    La bouée, près de la muraille, me semble sinistre, trop près de cet immense surplomb qui domine.

  • Je prend plutôt celle près du bateau ; Préparez vous !!

    Hervé et Patrick sont à la proue et l'approche se fait lente pour prendre bien au vent la dite bouée.

  • On y est. Stoppe tout !!

    Impeccable ! Bouée prise du premier coup !

    En cinq minutes, l'équipage est en maillot de bain, les PMT sont sortis du sac et tout le monde est à l'eau pour profiter des derniers lueurs du jour.

    Patrick me rejoint près d'une bouée.

  • Alors ?

  • Coraux endommagés et peu de poissons pour l'instant.

    On se sépare ; Je vais longer la paroi abrupte des falaises pour y trouver des bénitiers violets, des chirurgiens, perroquets, bagnards et compagnie. Les coraux ne sont pas très colorés et bien abîmés. Mais c'est bon tout de même et quand on soulève la tête de l'eau, c'est une merveille.

    Retour au bateau.

  • Alors ?

  • Alors quand je t'ai quittée, j'ai vu de suite trois requins à tête noire !

  • Trois requins !

  • Oui, impeccable ! Ils ne sont pas dangereux ceux-là. Pas de problème !

    Patrick est ravi de la rencontre. Il va se faire bientôt photographier en dessinant le chiffre trois avec ses doigts levés et un sourire hilare.

    Un voilier arrive sur le tard, un 8.50, chargé d'une quinzaine de personnes sur les passes-à-vent et le cockpit et traînant dans une espèce de bassine rouge 5 ou 6 autres,prêts à se jeter à l'eau. Dire que tout cela vient de Ko Phi Phi Dom, à quelques cinq milles d'ici ; Ca sent la fête : musique entraînante, maillots restreints, rigolades et plongeons sonores. Mais quand le soir arrive et qu'il faut partir, une pluie forte commence à tomber. Le petit voilier hésite à trainer les cinq dans la bassine et les quinze accrochés aux haubans. On le voit revenir. Puis il repart dans la tourmente ; Sécurité ! Sécurité ! Peut-être en se riant de tout, on s'amuse d'autant plus !!

  • thailand_1__7_

    Ce matin, vers8h, nous ripons pour rejoindre Ko Lanta. Déjà les vedettes rapides arrivent de Ko Phi Phi Dom pour déverser sur « The Beach » leurs touristes affamés de beauté.

  • The « Beach », nom du film qui a donné sa renommée à Maya Bay.

thailand_1__32_

  • ,