King Elvis et Queen Evelyn


Dernier jour dans notre bishop bay. Tous nos amis savent que nous partirons demain après la messe anglicane donnée à l'Eglise. C'est Samedi et il n'y a pas foule. Augustin est passé de bon matin dans son canot à moteur avec sa petite famille.
- Je reviendrai dans la nuit. Tenez vous prêts à n'importe quelle heure. Je vous amènerai du poisson.
Et d'un !

Bradley, lui, passe à la tombée du jour :
- Nous allons faire de la plongée. On raménera du poisson pour vous.
Et de deux !

Alors, nous attendons notre repas du soir, sagement installés dans le cockpit, la tête dans les étoiles.
C'est Bradley le premier, le fond de la barque plein de perroquets et autres poissons de coraux. Il nous en donne 6 ou 7 et il faut arrêter son geste généreux.
Première préparation. Ca nous occupe au moins une heure entre la préparation des poissons et la cuisson.
Puis Hervé va se coucher et je reste dans le cockpit où je m'endors carrément. Un bruit de moteur dans la nuit sombre. A coup sûr, c'est notre Augustin qui revient de sa pêche sur les coraux.
- Augustin, c'est toi !
- Oui ! nous voilà !

Je vais réveiller Maître Elvis pour la bonne cause et tous deux nous plongeons un regard dans la barque : Ah ! c'est qu'il a pêché notre Augustin et même grandement. Je ne sais pas s'il aura sa place au paradis : une tortue, trois langoustes, quatre gros crabes sans compter les poissons en pagaille.
- Elvis, Evelyn, que voulez-vous ?
- Oh ! donne nous un peu de crabe et de langouste.
Je lui tend un seau qui devient vite rempli des langoustes et des crabes. Impossible de l'arrêter et il veut ajouter des poissons. On est péremptoire; Sacré Augustin ! on se souviendra de toi.
La grande cocotte est mise sur le feu. A minuit, on termine la cuisson des crustacés.

Le lendemain, dimanche, jour du départ. Nous nous rendons à la messe anglicane en tout point semblable à notre rite catholique. Le pasteur nous demande à la fin de la messe de nous présenter à l'assitance qui entonne à la suite une chanson de bienvenue en tapant des mains en mesure. C'est vraiment émouvant. Puis, on nous demande de sortir les premiers. Le pasteur parle alors à ses ouailles dressant la petite enveloppe qui contient notre obole pour la communauté. Et là, oh surprise ! vont défiler un à un devant nous pour nous serrer la main comme si nous étions le prince Philip et la reine Elizabeth, tous les hommes et les femmes de cette assistance. Du jamais vu, pour nous !
Quand nous regagnons notre bord, le pasteur nous fait envoyer par une pirogue une papaye grande comme un obus et quelques légumes.
Entre les crabes, les langoustes et les popos, la traversée jusqu'à l'île de Santa Maria et le mouillage de Port Mary risque d'être très culinaire !
Première et inoubliable escale aux Solomons que fut cette Bishop Bay dans l'île de Ndendo !