IMG_0004
C'est fou le mauvais temps. Il y a grand vent, même la nuit et la pluie se déverse, même le jour. C'est quoi, la Polynésie ?
Nous nous sommes réfugiés dans une grande baie, bien protégée, sur l'île de Tahaa, la baie d'Haamene. C'est superbe, tout entouré de montagnes et pratiquement clos du large. Il n'empêche que sur cette côte Est, le vent se sent tous les droits. A terre, il y a de belles balades à faire dont une piste traversière qui relie cette baie à la côte Nord de l'île. On laisse passer une journée de bruine. On s'engage enfin sur la piste avec l'espoir d'éclaircies. Espoir vain, la piste est labourée d'ornières et devient vite impraticable. Les averses n'arrangent rien. Nous avons oublié nos cirés. Evelyn qui a peur de glisser cueillle des fougères pour y poser ses pieds et se munie d'une feuille immense  qui lui sert de parapluie. Hervé est devant pour sonder le terrain. Soudain, il revient en arrière :
- On rentre. C'est pire en avant !
Et pourtant, ce n'est pas notre genre de faire demi-tour. Nous avons envie de chocolat chaud et de brioche sortie du four. Nous rentrons au bateau tout mouillés et tout crottés.

IMG_0050


Le temps s'améliorant, nous quittons notre baie pour une autre, cette fois sur l'île de Raiatea. Mais pas plutôt installés dans notre mouillage que le vent se remet à souffler de plus bel. On aimerait bien remonter en annexe la rivière du fond de baie mais nous n'avons que du sale temps et l'embouchure semble bien encombrée d'arbres plantés dans les hauts fonds.
C'est le lendemain que nous nous lançons. Enfin, Le temps est radieux. La rivière sinue dans un fonds de vallée au milieu des cocotiers et des plantations de bananiers. En arrière plan de hautes montagnes. C'est superbe. Nous sommes ravis. Au passage, si nous voyons du monde, nous nous arrêtons et nous bavardons. C'est ainsi que nous faisons connaissance avec Marguerite qui exploite de la terre avec toute sa famille. Nous repartons chargés de bananes plantains et de Taro.
Décidément, il fait maintenant très beau. Il est temps de sortir de la baie. Nous reprenons la route du lagon. Toutes les belles couleurs sont de sortie. Les petits Farés isolés, plantés sur le lagon bleu et turquoise, semblent fantastiques.  Raiatea sort ses montagnes vert bouteille chapeautées de dentelle d'acacia. Ses rives sont colorées par les petits farés avec sur le devant, au-dessus de l'eau, les barques montées sur des portiques.
Les voiles blanches des voiliers qui sortent tous des baies comme nous, ajoutent à la beauté de la navigation.
La brise caressante  pousse Papadjo qui glisse, glisse, sur l'eau du lagon.

IMG_0001__45_

On rêve, c'est cela aussi la Polynésie !