Brooks Point à île de Balabac.
Détroit de Balabac / Balabac aux îles Malaises de Bangui-Balanbagan.
Arrivée Kudat / île de Bornéo, côté Malaisie.

JAMAIS UN SANS TROIS !

Jour du départ à Brooks point. Je regarde avec quelque inquiétude les blocs de béton du brise-lame. Il n'est pas question qu'Hervé aille une nouvelle fois les escalader. C'est trop glissant et trop dangereux pour lui. Les pêcheurs, avec le beau temps, sont partis un à un. Arrivent une douzaine de petits gosses avec leurs fils et leurs hameçons. Ils escaladent les blocs comme des singes passent de liane en liane dans la forêt.
- Hervé, on va leur demander de nous désamarrer.
Juste le temps de finir la phrase, et en voilà deux qui viennent pêcher près du bateau.
Ils comprennent vite ce que nous leur demandons et les deux bouts sont largués. Papadjo est maintenant libre sur son ancre.
Nous partons avant la tombée de la nuit pour être au petit matin à la pointe sud de Balabac, dans la baie de Clarendon.

Belle nuit étoilée. Sous voile seule et vent portant, nous nous relayons pour les quarts.
Nous arrivons sans problème devant la baie de Clerandon. Nos cartes sont très précises et nous prenons bien la passe entre deux rangées de corail. C'est beau ici. Un arrière-fond de montagnes, deux cases abandonnées sur pilotis.

IMG_0985

 

Il y a bien un village mais il est caché derrière une rangée de cocotiers. On a l'impression que tout est désert mais des pirogues arrivent. Nous voilà revenus en arrière, au temps du troc dans le Pacifique : fruits, langoustes, poissons nous sont proposés. Nous prenons les langoustes. C'est surtout un petit gosse qui s'interesse à nous. Il fait des va et vients continuels pour chercher ce qu'on lui demande. Et lui, en contrepartie, il ne cesse de demander, des biscuits, des cahiers..... Je n'ai pas plus tôt fini de lui donner qu'une autre demande se pointe. Mais il est courageux et pourquoi pas ! Il nous reste des pesos philippins. Il faut vraiment maintenant s'en débarrasser. Un pêcheur passe tout près alors que le gosse est toujours avec nous. Nous donnons les billets au pêcheur et toutes les pièces (il y en a pas mal) à notre gamin. Il me regarde alors tout ébloui et sans désemparer, redemande quelque chose. Alors là, c'est fini, le jeu. Je le lui dis. Finish ! C'est alors que comme un grand il me tend la main et s'éloigne dans sa petite pirogue.
Le soir, changement de menu : grillade de langoustes ! ce n'est pas pour vous faire envie, mais c'était bien excellent.

IMG_0987



Au petit matin, nous quittons Clerandon bay et les Philippines pour prendre le détroit de Balabac et rejoindre les premières îles de la Malaysie. Toujours un bon vent portant. Comme c'est agréable. Hervé a changé la valeureuse poulpette. La nouvelle a les mêmes couleurs, version robe longue. On l'envoie au bal. Elle a de suite du succés : incroyable ! deuxième tazard de la traversée. On le mesure : 1 mètre encore.
- Hervé, on arrête la pêche maintenant. Nous allons vider les océans, si on continue.
- Encore une fois et on donnera le poisson à l'arrivée.
- Ok ! mais la dernière, il n'y a plus de place dans le frigidaire.
La nouvelle poulpette ne se le fait pas dire longtemps; Elle nous ramène un autre tazard de 8O cm dans le quart d'heure qui suit. Oh ! la, la !
Jamais un sans trois ! je vous le dis. Mais la poulpette a changé de mode, elle est en mini-jupe maintenant, le dernier thazard l'ayant bien détroussée.
3 kilos sont traités à la méthode norvégienne et pourront se conserver pendant plusieurs jours. Le reste que nous nous réservons sera cuit au barbecue tunisien. Quant au troisième poisson, on le vide et heureux seront les premiers à nous accueillir à Kudat !

Les îles malaises sont enfin en vue. Nous trouvons un mouillage à 8 mètres de profondeur. De lourds nuages arrivent et noient le paysage. Demain Bornéo ! demain, c'est aussi un vendredi !

Au petit matin, toujours,  nous quittons les îles. Pétole ! moteur ! aucun intérêt.
A Kudat, dans la petite marina-gratuite-, Papadjo est pris en main par Sylvio, connu aux Philippines, un couple de français et des américains. Un barbecue est de suite organisé sur le catamaran de Sylvio pour déguster le poisson du grand large.

Partir un vendredi, normalement porte malchance aux marins. Mais on oublie trop souvent que le vendredi était  jour du poisson dans notre société Judéo-chrétienne.
Nous avons donc repris la tradition pour le plus grand bonheur des franco-suisses assemblés !!!