Malanao- Brooks Point/ île de Palawan

Et la vie continue !!!

Toujours avec ce bon vent de Nord-Est, nous voguons vers Brooks Point, dernière escale sur l'île de Palawan. Ah ! c'est superbe cette baie. De hautes montagnes la dominent couvertes d'une végétation tropicale d'un vert magnifique. Nous rentrons dans le petit port nous abriter derrière le brise-lames. Les bateaux locaux, petits transbordeurs, petits cargos et pêcheurs avec leurs bateaux libellules, sont amarrés soit au quai, soit à la méditerranéenne, une ancre devant et des bouts sur les gros blocs du brise-lame.

IMG_0950


On opte pour un mouillage à l'ancre seule. Demain matin, nous partons.
Mais le temps radieux du matin s'efface pour faire place à un front nuageux noir encre qui se déchire en pluies torrentielles. C'est le moment de récupérer le "sky juice", comme on l'appelle et de tester notre nouveau taud et sa goulotte de récupération;
Ca marche fort : un vrai robinet. Tous les jerricans sont remplis. On raccorde le tuyau à la cuve qui bientôt se retrouve pleine.
Le lendemain matin, petit déj au jus de fruit. Nous nous parlons très normalement.
 Coup de vent. On a l'impression de chasser. On décide de mouiller nous aussi notre bateau à la méditerranéenne pour profiter de la protection maximum du brise-lames. Profitant d'une accalmie, on fait l'opération avec succés. Mais cela coûte à Hervé. Il faut escalader les blocs glissants pour y amarrer nos bouts.

IMG_0946

 

Le ciel se dégage enfin. Nous décidons d'aller en ville. Où trouver une échelle sur ce quai décidément bien encombré. Nous passons avec notre barque devant un petit cargo. Les hommes immédiatement mettent une échelle à notre disposition pour que de leur bâtiment, nous puissions par une passerelle atteindre le quai. Ils sont vraiment très gentils avec nous.

IMG_0937


En ville, on se met en quête de charbon de  bois, notre unique source de feu pour la cuisine. On nous vend un sac plein de charbon de coco, utilisé ici à la place du charbon de bois. Pourvu que ça marche ! ce sera notre unique source d'énergie pour la cuisine.
 Le cyclo-pousse qui nous conduit nous fait donner également des écorces de coco pour l'allumage.
Ah ! la cuisine, ça s'organise maintenant de manière magistrale. Le soir, nous faisons le feu. Une bouilloire pleine d'eau est d'abord mise à chauffer pour l'eau du petit-déjeûner qui sera conservée dans un thermos jusqu'au lendemain. Finie l'épreuve du jus de fruit maintenant. Nous avons des petits-déj normaux. Hervé a encore un peu mal après la prise de bec que nous avons eu ensemble mais ça commence à passer.
Puis, on fait griller des légumes, plantain, aubergines. C'est délicieux pour accompagner notre superbe poisson. Et on réussit même à cuire du riz !!!
Ah ! ces bonnes soirées à l'antique, dans la douceur du soir. Cela devient regrettable d'avoir admonesté ce pauvre Hervé alors qu'il y a tant de plaisir à faire ainsi la cuisine.
Enfin, pour un temps tout de même !

IMG_0971



Il y a des cascades et des sources chaudes médicinales au pied de la montagne. Nous nous arrangeons avec un cyclo-pousse et nous voilà partis dans la campagne pour quelques 2O km de route et de pistes. On croise des buffles attelés dans les rizières. Le paysage avec cet arrière-fond de montagnes est magnifique. Nous avons traité avec le cyclo-pousse pour une heure de visite. Nous sommes accueillis aux sources par l'ingénieur qui s'occupe de la construction des bassins et d'un complexe hotelier pour les curistes à venir.
L'eau chaude est également sulfureuse. C'est excellent pour décaper le corps de toutes ses saletés et pour le décontracter. On reste là un bon moment puis on va se rincer dans l'eau fraîche du torrent. C'est super comme contraste. Et puis, nous sommes tout seuls. Le centre n'est pas encore opérationnel.
L'ingénieur nous rejoint une fois que nous nous sommes habillés.
- Et pourquoi n'achéteriez vous pas un bungalow ici ?
Oh, la la ! comment lui faire comprendre que nous avons assez d'un bateau et d'une maison en France ?

IMG_0962


Le beau temps s'est bien rétabli en fin de soirée. Demain soir, nous pourrons partir. Une navigation de nuit nous attend. Il faut rejoindre Balabac au petit matin, Balabac, dernière île des Philippines avant les îles malaises de Banguy et de Balanbatam. Il faudra là-bas dire adieu aux Philippines où nous avons vécu heureux.