Papadjo arbitre de foot et Pâques avec Eloiris

Après tout ce Reuz, comme on dit en Breton, nous pouvons reprendre les contacts avec notre voisin. Sacré Eloiris ! il vit quasiment sur son bateau car il ne supporte pas d'être cloisonné dans une maison. Pourtant il a femme et enfants au village !
Il a commencé à 1O ans sur les bateaux de pêche. Puis il a eu ses propres bateaux. Ensuite il s'est mis à construire des bateaux : "tout dans la tête" dit-il. Maintenant, finie la pêche ; il arrondit les fins de mois en faisant des balades sur le rio avec des passagers.

Nous partons ensemble mettre Papadjo au carénage sur la plage, à l'endroit qu'il nous indique.

Morro__12_
Papadjo sur la plage

C'est un endroit super. Hervé fait le travail de force. Le bateau est bien sale.

Morro__13_

Hervé dans le poutou

Papadjo profite du répit pour arbitrer une partie de foot sur la plage.

Morro__23_

Papadjo arbitre de foot

Demain, c'est Pâques ! Nous demandons à Eloiris comment ça se passe ici, à quelle heure est la messe.  C'est une question qui l'embrouille bien, il confond Pâques et rameaux et il n'est pas trop du genre à mettre la main dans le bénitier.
Soudain, son visage s'éclaire :
"Je vais demander à ma femme. Elle est très forte dans tout cela".
Pâques 6 / Fleur de Pâques
Quand il revient, il est tout rayonnant.
"Pâques, c'est bien demain. La messe est à 6heures du soir et nous irons tous ensemble".
Jour de Pâques, temps splendide. Eloiris vient nous chercher de bon matin avec son petit fils. Nous faisons un tour sur la presqu'île de Permembuco puis il nous amène chez lui.

P_ques__9_

famille d'Eloiris

C'est tout gentil. Sa femme nous embrasse ainsi que ses fils, filles, belles-filles. Il y a deux jolis bébés.

P_ques__15_
les bébés

Eloiris déniche sur l'étagère du salon une belle lampe à pétrole en cuivre et veut nous la donner, peut-être le seul objet de valeur qu'il y a chez lui. Incroyable geste ! nous ne pouvons accepter, bien sûr. Puis nous partons au troquet de la plage boire des cervejas et déguster des acarage.
au café avec Eloiris

L'après-midi, les visites se succèdent sur Papadjo.

P_ques__19_
à l'abordage du Papadjo

L'adorable Tamaris, belle-fille d'Eloiris, est folle de joie en visitant le bateau.
"D'habitude, dit-elle, c'est à la télévision que je vois ça. Aujourd'hui, c'est pour du vrai !

P_ques__20_

joie de Tamaris

Le soir vient. Nous nous habillons pour la circonstance et rejoignons notre fameux couple : Eloiris a troqué son éternel bermuda rouge pour un jean super propre et a revêtu son poitrail bien poilu et bronzé d'un T.Shirt blanc immaculé. Il se tientbien droit et solennel. Madre de Deus ! comme on dit ici; quel changement !Sa femme est rayonnante et pour cause, l'animal ne doit pas souvent l'accompagner dans sa piété. Dans l'Eglise, tout le monde la connait et la salue. Puis, ils se mettent tous à saluer aussi Eloiris, la brebis perdue. C'est d'un drôle ! L'ambiance est vraiment détente. On s'embrasse, se félicite. Un homme s'avance vers nous et nous parle de coca-cola. Vu le contexte, j'ai du mal à comprendre qu'il nous invite après la messe à rejoindre l'assemblée pour le pôt qui sera donné.
Puis la messe commence, rythmée au possible.

tchao__1_
la messe

On chante en tapant des mains ou en levant les bras, on se dandine à qui mieux mieux et c'est même un peu la danse des canards dans la procession qui s'avance pour la communion. La communion ! Nom de Dious !notre Eloiris y va, bien droit, bien solemnel. Puis les chants recommencent. L'Assemblée se tourne alors vers nous. Nous sommes les visitantes (prononcer visitanches) et tout le monde se met à chanter "visitanches, visitanches !) en tapant des mains et en nous regardant avec plein de sourires. Du vraiment très gentil !
Lors du pôt dans la sacristie, Eloiris fait figure de vedette avec ses deux amis français. Une dame du genre bon chic, bon genre s'avance vers nous et demande à quel hôtel nous sommes  nous sommes descendus; c'est Eloiris qui s'empresse de répondre, très sérieux :
- à l'hôtel fluctuante !

Quand la dame est partie,bien perplexe, nous éclatons tous de rire. Papadjo, hôtel fluctuante !il fallait la trouver, la formule !
Sa femme me prend en suite à part et me déclare, que, sans nous, Eloiris ne serait jamais venu à la messe avec elle. Elle est radieuse et nous ressentons bien de la joie pour ce jour de Pâques. C'est une femme charmante et nous souhaiterions qu'Eloiris la butine un peu plus (il a tout de même fait 7 enfants avec). Quand nous revenons dans leur maison, un café nous attend avec du pain et du beurre servi sur une joli nappe avec tant de gentillesse que cela nous touche au coeur.

Rendez-vous demain, à l'aube, pour le départ car du vent de Nord-Est est enfin annoncé. Eloiris va nous faire franchir la passe. Il vient d'abord avec sa petite prame nous serrer les mains dans un geste d'amitié touchant.
Puis, les moteurs sont embrayés de part et d'autre et nous suivons le bateau d'Eloiris.

tchao__4_
la passe

Le soleil n'est pas encore levé, l'eau est calme et la petite brise est bien nord. Nous franchissons la passe et abordons le large.

tchao__5_
Droit sur le large

Super ! puis les deux bateaux se mettent en parallèle. Dernier Tchao ! Et il reste une empreinte de très forte amitié pour cet homme du Morro de Permenbuco;

tchao__6_
Tchao Eloiris !