P3120024
Le débarcadère


    Nous quittons Galeao pour Cairu qui possède un magnifique couvent de l'époque portugaise : azulejos à volonté, cloitre, dorure, meuble à tiroir incroyable dans la sacristie.

P3110020
meuble à tiroir dans sacristie


    Le problème c'est que nous sommes mouillés trop loin de l'embarcadère et les allers à terre se feront moins fréquents
au bénéfice de Papadjo : Hervé fait sa grimpette de quinze mètre en haut du mât pour changer l'ampoule des feux de navigation et sue comme un damné pour réparer le guindeau qui fait des siennes.
    Un matin, nous sauvons un beau papillon de la noyade en allant le chercher en annexe, avec l'épuisette. D'après Hervé, c'est un sphinx tête de mort. Il va s'endormir pour la journée dans un coin du bureau. Dès la fin du jour, je le pose délicatement sur le pont. Il dort encore. Puis la brise de nuit agite ses grandes ailes et le réveille. J'entends alors comme un petit bruit de moteur. Tout vibre, tout se met en action et soudain le papillon prend son envol comme un hélicoptère. Il atteint de l'altitude et se met à tournoyer, tournoyer encore plus haut et plus haut jusqu'à disparaître. Dire que lorsque nous étions petits, le grand amusement était d'attraper les papillons et de les épingler sur un bouchon, ailes bien déployées !


P3200001
le coupe coupe porte encore l'étiquette !


    Moment important à Cairu tout de même, Hervé s'achète le coupe-coupe local, une lame de soizante cm seulement pour ouvrir les noix de cocos au jus succulent, pour trancher les gros poissons et il couperait bien aussi la langue de sa femme quand elle est négative (cela n'arrive pas si souvent) et il faudra bien affuté l'engin pour que la coupe soit bien nette.


P3200007
Ah! comme on se sent plus fort maintenant !