428 miles nautiques
Du 2.O2.O7 au 5.O2.O7

5.O2.O7 à 4O miles de Salvador, au grand large

Venons d'avoir à l'écoute radio J. Paul qui est sur la zone et nous a conseillé d'aller à la marina Senab où se trouvent actuellement, mais quelle surprise !, des bateaux que nous connaissons de Monastir/Tunisie : Essentiel et Torghal.

    C'est super ces transmissions. Nous sommes seuls bien au large et la voix humaine qui nous rejoint ici prend toute sa valeur. A l'écoute tous les jours ou en transmission, l'équipe du réseau du Capitaine et Bertrand, 3dd/mm, un fidèle des Canaries.

    Bien au large, c'était l'option, pour éviter la côte, ses courants, ses dangers. Et bien nous en a pris car le temps s'est rythmé de façon presque quotidienne avec une nav pépére pendant la journée, à 4/5nds, une accélération en fin d'après-midi qui se muscle jusquà demander au bateau de porter ses trois ris dans la grand voile et qui se maintient jusqu'à 3h du matin; Papa djo, tangonné, atteint alors plus de 7nds et surfe dans les vagues.

P1010023


T
angonnage journalier


    Les jours ont donc été très relax par vent de travers ou vent arrière, foc/Retcher/Spi tangonné( c'est selon) et les nuits, sans présenter aucun danger car le bateau tenait le temps, plutôt fatigantes, une comme si on dormait sur un sac de pommes de terre en pleine bagarre, deux autres sans air à l'intérieur et avec du mouvement car la houle mouillait le pont et ne permettait aucune ouverture des hublots. Hervé comme moi, nous nous sommes pris une bonne sauce la nuit dernière et les vêtements sèchent aujourd'hui dans le cockpit. Une pleine lune nous a accompagné toutes les nuits, peu de cargos et 3 nuits sans bateaux de pêche.

P1010002


Hamac de pleine mer


    Donc ne nous plaignons pas pour les nuits un peu mouvementées ! on avait les journées pour bien se reposer même dans le hamac du bord et une mer de toute beauté. Nous n'avons pas quitté le maillot de bain et le T.shirt est un accessoire peu utilisé même de nuit.
Nous faisons donc route sur Salvador pour les derniers miles. Nous arriverons dans la journée. Actuellement, pour changer, nous naviguons pour ce jour, par bon vent arrière à plus de 6 nds mais tout est confortable à bord.

P1010004

Un capitaine heureux à la barre


    A nous donc Salvador de Bahia, haut lieu mythique pour les navigateurs, atterrissage de la course transatlantique Jacques Fabvre, son carnaval, le meilleur après Rio, et sa culture Afro-Brésilienne.