Jacare/Cabedelo

Nous voilà depuis une semaine au Brésil après une entrée de nuit qui figurera dans notre anthologie.
Impossible de trouver le phare de la Pedra Roca qui délimite les récifs et l'entrée de la passe, à 1/2 miles de ce phare. Il nous a fallu plus d'une heure pour nous rendre compte que nous prenions l'atterrissage à angle trop étroit, ce qui faussait tout sur l'ordinateur. A chaque fois, il nous menait sur le récif. On repart en pleine mer. On reprend une latitude indiquée dans un guide nautique pour faire l'approche. Une fois coupée la latitude, nous faisons cap vers ce qui devrait être la première bouée, une verte, à prendre à babord, car le système des feux est inversé ici. Point de phare ! décidément ! Par contre, Hervé me signale qu'il voit un gros bateau progresser dans la passe. Je n'ose le croire. Déjà tant de difficultés pour tout repérer dans le noir. Je vois bien quelque chose de bien éclairé mais c'est loin et je pense que c'est un bateau amarré au port. Mais non ! c'est Hervé qui a raison. Un espèce de cargo, bien moche, bien gros, nous arrive carrément dessus, feu vert et feu rouge direct dans l'oeil ! Aie ! Hervé me dit de parer la bouée verte devant nous et de la déborder pour laisser de l'aire au cargo. Il n'y a pas d'autre solution. J'execute en me demandant si les profondeurs vont suivre. Il faut savoir que toute la côte est frangée de récifs qui courrent parallèles aux plages. Nous sommes dans une passe entre deux franges de récifs! Nous faisons route vers une autre bouée hors le chenal, laissant le cargo passer. Ouf ! tout baigne. Après c'est une question de repérage, bouée après bouée. Le phare que nous cherchions est subitement là, avec une lumière toute palote, impossible à repérer au large. Mais enfin, on s'en est sorti et voilà le port de Cabedelo où nous allons pouvoir mouiller et passer la nuit.

P1010002

Bord de rivière   

Mouillage de Jacare à 5 miles de Cabedelo:

Maintenant Papa Djo se la coule douce dans la rivière, en face des marinas brésiliennes et des cafés restaurant de Jacaré. C'est l'endroit idéal pour récupérer d'une longue traversée, mettre le bateau à niveau avant de repartir.
Ici on se rend bien compte qu'il y a deux Brésils, un bien riche et bien profitant qui fait la bomba tous les soirs dans les cafés à concert, l'autre dans le village de pêcheurs, avec le petit peuple, sympa, qui vous parle, vous dit bonjour, vous acceuille.


P1010010

Village de pêcheurs